top of page

Les rituels, ça a du bon! (#1 réveillon)


"Alors si le 31 janvier tu ne prends pas de bonnes résolutions (voir post précédent), qu'est ce que tu fais? "

D'abord, pour mettre les choses au clair tout de suite, on peut aussi ne RIEN faire. C'est bien, de temps en temps, faire RIEN, vous ne trouvez pas?

Mais j'aime les rituels. C 'est mon truc. Les rituels marquent le temps, aident la mémoire, concrétisent les étapes et les passages qui sont importants pour nous, nous obligent à faire le point de temps en temps: j'adore.

Chacun peut évidemment inventer des rituels pour SES moments importants à LUI, que ce soit dans la journée, la semaine, l'année, ou tous les 7 ans...

C'est vrai que le passage d'une année à l'autre c'est quelque chose pour beaucoup d'entre nous. Et le rituel le plus courant, sous nos latitudes, s’appelle "réveillon": huitres, champagnes, copains, chansons, danses, bonnes résolutions, etc.

Pour répondre à votre question (non mais! vous avez été au moins...6 à me demander ce que je faisais le 31 décembre), voilà mon rituel à moi, copiable, adaptable, modifiable à l'envi. Pour ce rituel il faut aune cheminée, mais on doit bien pouvoir faire ça autrement...vous trouverez!

1/ Mon bocal à (bons) souvenirs

Tous les ans, je fabrique une nouvelle étiquette pour mon bocal à bons souvenirs. C'est dans ce bocal que, tout au long de l'année, je dépose des papiers, au fil des petits bonheurs, genre: aujourd'hui, je suis allée me promener, il faisait beau, et j'ai trempé mes pieds dans l'eau. Ou bien: réussi mon exam: hyper fière de moi! Ou encore: passé du temps avec x. C'est bon, les amis! etc.

Au 31 décembre,je redessine en esprit cette année 2022 qui se termine, je repense aux étapes, au chemin parcouru depuis un an. Petits ou grands evennements, tristesses, joies...Je relis, su je veux, ces petits papiers du bocal à souvenirs et puis..je les mets au feu. C'est une facon de (me) dire: Ok, c'était bien, c'est fini, vivent les nouvelles experiences à vivre!

2/ Ce que je laisse en 2022

A quoi je renonce?

Ensuite, je note sur des bouts de papier les choses que je veux lâcher et laisser dans l'année qui se termine. Ce que je ne veux pas porter, enporter avec moi, soit que ca ne m'appartient pas vraiment, soit que c'est inutile, ou encombrant, ou simplement dépassé.

Un passage c'est aussi ca: faire le deuil de ce qui est passé, laisser des choses derriere soi.

Nous sommes entrés dans l'hiver, saison de recapitulation, de synthese, saison de preparation -à l'ombre, au sein de la terre- de ce qui fleurira au printemps.

Nous aussi, avons besoin de concentrer notre energie, de prendre soin de nos envies, de ce que nous avons envie de voir fleurir dnas les mois à venir...

Dans cette deuxieme étape, donc, je note sur des papiers ce que je veux laisser en 2022; ce à quoi il me semble necessaire de renoncer. Il peut y avoir un penu de tristesse, de saudade evidemment: je dit au-revoir, quand même. Mais aussi, ca fait du bien de se delester un peu. C'est bon. Et puis....je mets aussi ces papiers au feu. C'est une facon de m'alleger et de me laisser toute la place au nouveau.

3/ Ce à quoi j'aspire:

Dans cette troisieme étape, je laisse emerger ce que j'aimerais développer cette année 2023.

Quelle graine j'ai envie de planter? A quoi j'aimerais que ressemble cette année, pour moi?

Avec quoi je me révolutionne?

L'année n'a pas encore commencé, on est au seuil , mais on peut déjà imaginer, non?

Quelles sont mes intentions profondes? Qu'est ce qui me fait pousser des ailes, quand j'y pense?

Qu'est ce qui m'apportera le plus de joie quand çà se réalisera? (là, c'est important de verifier qu'il s'agit de quelque chopse qui me concerne directement et pas quelqu'un d'autre (la simple ethique, hein) et tant qu'a faire, choisit une intention facilement mesurable).


Souvent c'est un nuage d'intentions qui se presente. Mais souvent elles peuvent se synthetiqer en une seule. Ou découler d'une ...Pour choisir, je me laisse guider par ce qui mobiliste le plus d'émotions quand je l'évoque, ce qui me remplit le plus de joie.

Je l'écris sur un (beau) papier.

Elle aussi je vais la bruler.

Comme pour dire : "à Dieu vat" (les marins disaient ca, autrefois: c'était un souhait pour une heureuse navigation. Ca voulait dire aussi: "ce qui pouvait être fait a été fait et à présent, l’avenir est entre les mains de Dieu").


Et en effet, il ne sert à rien de rester accroché à la graine plantée. Ne sert à rien de tirer dessus pour qu'elle pouse plus vite. Ce 31 décembre, nous sommes dans l'hiver. J'ai planté une graine et je la confie à la terre...


Bon passage!


Pour aller (beaucoup) plus loin:

Le génial livre de Stephane Crete: "Marquer le temps"


16 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page